Contrairement à ce qu’affirme l’industrie du disque aux enfants, il n’est pas encore acquis qu’en France le fait de télécharger illégalement des chansons puisse conduire à la suspension de l’abonnement à Internet. En Europe, aucun pays n’a encore mis en place la riposte graduée dont le principe a été rejeté comme étant contraire aux droits fondamentaux par le Parlement européen. Mais ça y est, la première déconnexion vient d’intervenir. Elle n’a pas touché un citoyen lambda, mais le gouvernement de la Province autonome de âland, rattaché à la Finlande.

Selon Piraattiliitto, le Centre finlandais d’Information sur le Droit d’auteur et de Lutte contre le Piratage (CIDALP) aurait pour la première fois mis en œuvre la loi sur le droit d’auteur rentrée en vigueur le 1er janvier 2006 pour obtenir la coupure de l’accès à Internet d’un abonné suspecté de piratage. L’enquête aura ensuite déterminé que l’adresse IP utilisée pour télécharger illégalement des chansons appartenait… au gouvernement autonome de la petite île de âland, rattachée à la Finlande.

Qu’à cela ne tienne, l’accès à Internet a quand même été coupé, touchant probablement l’activité administrative de la Province qui ne compte que 27.000 habitants.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés