Que ce soient 110 millions de dollars, cent fois moins ou cent fois plus, qu’importe. TorrentSpy ne paiera pas un centime à l’association des studios de cinéma américains, la MPAA, qui a obtenu un jugement spectaculaire en sa faveur cette semaine. L’avocat du moteur de recherche de liens BitTorrent Ira Rothken a indiqué à News.com que la société éditrice du site avait déposé le bilan en Angleterre la semaine dernière, ce qui laisse bien peu de chance au lobby du cinéma de récolter ne serait-ce qu’une miette des 110 millions de dollars qui lui ont été octroyés par la justice américaine.

Ce qui n’empêchera pas TorrentSpy de faire appel. Ira Rothken estime que le jugement est un « abus de discrétion », et que le caractère spectaculaire de la condamnation avait pour seul but d’attirer l’attention des médias sur l’affaire pour envoyer un signal à tous les autres sites de liens BitTorrent et à ceux qui seraient tentés d’imiter TorrentSpy. Selon l’avocat, la juge Florence-Marie Cooper n’a pas condamné le site sur le fond de l’affaire, mais parce qu’elle est persuadée que les administrateurs de TorrentSpy ont détruit sciemment des preuves en faisant ainsi obstruction à la justice. Cooper, qui avait déjà condamné l’éditeur du site pour son refus d’obtempérer à une décision judiciaire, a dès lors pris partie pour la MPAA et réfléchit uniquement à la somme qu’il fallait accorder en dommages et intérêts aux studios de cinéma. Sans jamais entrer dans la question de fond, qui est la responsabilité juridique d’un site qui n’héberge lui-même aucun contenu, et se contente de proposer un moteur de recherche pour trouver des fichiers hébergés ailleurs.

Pour Rothken, l’affaire ne peut donc pas être utilisée comme jurisprudence dans les autres affaires qui concernent des sites de liens BitTorrent, comme The Pirate Bay ou IsoHunt.

« Il est évident que nous allons faire appel« , affirme l’avocat.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés