C’est ce qui s’appelle être borné. C’est exactement ce type de comportement qui a causé la chute des maisons de disques depuis la fin de années 1990. Alors que toute l’industrie du disque semble enfin progressivement se résoudre au bon sens et abandonner l’usage des DRM pour contrôler les clients qui achètent leur musique, la RIAA estime que les systèmes de protection feront un jour leur retour dans nos disques durs.

« J’ai fais une liste des 22 façons de vendre de la musique, et 20 d’entre elles exigent encore des DRM« , a ainsi raconté David Hugues, le responsable technologique de la RIAA, lors d’une récente conférence. « N’importe quel service par abonnement ou financé par la publicité demande encore des DRM. Donc les DRM ne sont pas morts« , a-t-il affirmé.

C’est du lourd comme argumentation. Nous avons de notre côté listé 22 façons de faire des crèpes beurre-sucre, et 20 d’entre elles demandent de la margarine à la place du beurre. Mais les gens préfèrent toujours les crèpes au beurre.

« Je pense qu’il va y avoir un tournant. Je pense qu’il y aura un mouvement vers les services par abonnement et qu’en fin de compte ça impliquera le retour des DRM« , persiste Hugues, qui croit comme le messie dans une nouvelle génération de protections beaucoup plus transparente pour l’utilisateur. « Les gens veulent juste la musique quand ils la veulent, c’est une question d’accès. S’ils ont ça, ils n’en ont plus rien à faire des DRM« .

En 10 ans de DRM, la leçon n’est donc toujours pas comprise par la RIAA. Ni par so alter-ego cinématographique, la MPAA. Son vice-président Frit Attaway, lors de la même conférence, a proclamé que l’industrie du cinéma avait « besoin des DRM pour montrer à nos clients les limites de la licence qu’ils ont conclu avec nous« .

Or à la seconde même où ce que vous montrez à votre client sont les limites de votre produit, vous êtes mort. C’est la base du commerce.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés