Universal Music Group est en train de signer un accord avec la société Audible Magic afin de garder une "empreinte digitale" de l'ensemble des morceaux qu'elle met dans le commerce. Ces empreintes permettront d'identifier ses oeuvres et de les bloquer si leur copie n'est pas autorisée.

Le but d’Universal est de prévenir le piratage en amont en identifiant chacune des chansons qu’ils produisent avant que les albums ne soient expédiés aux revendeurs. Il sera ainsi possible par comparaison des empreintes de détecter un morceau contrefait en usine ou sur Internet.

Jusqu’à présent Audible Magic se contentait de faire une empreinte qu’après la diffusion du CD dans le commerce. Ils se disent être d’ores et déjà capables d’identifier à la volée 3,7 millions de titres. Mais cet accord permettra à la société d’être beaucoup plus efficace dans la lutte contre le piratage dès le jour de la sortie des morceaux Universal dans les bacs, traditionnellement le jour le plus fort de diffusion des œuvres contrefaites.

Audible Magic est déjà très active dans la lutte contre le piratage sur les réseaux P2P à travers son application P2P Traffic Monitor, un utilitaire dédié à l’espionnage des réseaux de partage de fichiers. Il serait ainsi capable de détecter l’IP source d’un transfert, l’IP de destination, le type de traffic, le nom du fichier transféré, et le port utilisé par les deux parties.

La société n’est donc certainement pas étrangère à la vague de citations qui a lieu actuellement aux USA contre les utilisateurs de Kazaa et autres logiciels de Peer-to-Peer, ce qui a très probablement attiré la confiance d’Universal pour signer ce nouvel accord.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés