Coup dur pour Jerry Yang. Le PDG de Yahoo s’était jusque là obstiné à rejeter l’offre de rachat de Microsoft, prenant ainsi le risque de mécontenter ses actionnaires. Pour rassurer ces derniers, il leur avait promis de grands bouleversements à venir pour le moteur de recherche, et une stratégie flambant neuve pour remonter la pente. Après la seconde offre de Microsoft portant le rachat de l’action à 33 $ au lieu des 31 $ initiaux, Steve Ballmer a, contre toute attente, renoncé à l’acquisition de Yahoo.

Du coup, rien ne va plus chez Yahoo. Les actionnaires ont peut être cru en la bonne foi de Jerry Yang, mais ne l’ont visiblement pas estimé capable de booster Yahoo comme il l’a promis. Le renoncement de Microsoft a fait chuté le titre de Yahoo de 17 % à Wall Street, faisant passer l’action de 28,67 $ à 23,73 $. Jerry Yang s’est montré peu enclin à voir son portail gobé par Microsoft. Mais ne pouvant s’offrir le luxe de le rejeter, il a expliqué qu’il attendait simplement une meilleure offre, 37 $ l’action précisément. « Nous n’avons pas dit que cette somme était à prendre ou à laisser » a-t-il assuré. « Nous étions complètement ouverts à la transaction et ils sont partis. »

Trop gourmand Jerry Yang ? Oui et non. D’un côté, Microsoft a profité d’un moment où l’action de Yahoo était au plus bas pour faire son offre. D’un autre, l’action du portail n’est jamais montée en l’espace d’un an au dessus des 34 $ à Wall Street. Après ce rejet d’offre, reste donc à Yang de tout mettre en œuvre pour ne plus tomber aussi bas qu’en janvier (l’action était tombée avant la proposition de rachat de Ballmer à 18,58 $), ou le grand méchant Microsoft risque de pointer à nouveau son nez.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés