Le P2P en entreprise n'est pas sans poser de problèmes, aussi bien de sécurité que de productivité. Outre l'illégalité que dénoncent les organismes de répression du piratage, il est aussi question de coûts supplémentaires pour l'entreprise.

AssetMetrix Research Labs, spécialisée dans l’audit et les conseils en sécurité pour les entreprises, vient de publier une étude portant sur environ 175 000 ordinateurs de 560 companies, sur la popularité des logiciels de P2P au bureau. Selon cette étude, plus de 70 % des ordinateurs comportant des logiciels de P2P seraient des postes de travail, et aucune entreprise comportant plus de 500 PC n’en était exempte.

« Les téléchargements via P2P peuvent affecter l’espace disque utilisé, et à l’échelle d’une entreprise, le P2P consomme une quantité significative de bande passante« , selon Tom Slodichak, expert en sécurité pour WhiteHat. Outre l’impact négatif sur le management et la dynamique de la société, les problèmes de sécurité liés aux applications seraient une menace majeure.

« L’accès aux ressources peut être une solution. Vous voulez seulement partager un répertoire, et maintenant l’application peut partager tout votre disque dur. Cela ne vous laisse pas le choix sur ce que vous voulez partager« , ajoute Simon Tang, manager dans une société de services en sécurité. Ceci sans compter les virus propres à chaque application de P2P et les composants tiers tels que les spywares.

Quelles solutions ?

« Paradoxalement, les grandes entreprises ne sont pas celles qui le sont le plus menacées. En effet, elles disposent souvent de solutions sécurisées quand à la gestion des réseaux, alors que les petites entreprises en sont souvent dépourvues« , déclare t-il.

Dès lors, de nombreux éditeurs proposent des logiciels traquant les applications de P2P sur les postes clients et serveurs. Mais est-ce réellement une solution ? Oui, en partie, selon l’opinion réservée de Tom Slodishak, qui ajoute : « éduquer les employés sur les dangers de télécharger via le P2P est un outil essentiel pour combattre ce problème« .

Seulement, au vu des statistiques, le public visé ne serait aussi réceptif aux messages de prévention qu’on pourrait le croire. La pérénité du P2P en entreprise est-elle encore assurée ?

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés