Martin Cooper est le visionnaire qui prévoyait déjà dans les années 70 l'engouement autour des communications sans fil. Aujourd'hui, il pense que l'avenir du mobile passera par l'énergie corporelle, la médecine à distance, et la simplification de l'interface.

Dans un interview accordé à Reuters, Martin Cooper affiche sa déception quant au manque d’innovation chez les constructeurs mobile. Martin Cooper, c’est l’inventeur même du téléphone portable. En avril 1973, il prévoyait déjà un monde dans lequel toutes les communications passeraient par des téléphones sans fil. Un monde dans lequel un numéro de téléphone serait tellement intrinsèquement lié à la personne, qu’on serait capable de l’appeler rien qu’en pensant à elle. « Les gens pensaient que j’étais fou de croire en un téléphone que vous pourriez mettre dans votre poche » explique-t-il. Pourtant sa vision s’est réalisée, du moins en partie. « 35 ans plus tard, nous sommes finalement arrivés à l’idée que les gens veulent être libres de communiquer lorsqu’ils se déplacent mais malheureusement, nous venons à peine de le maîtriser pour la voix. »

L’avenir selon Cooper ? Un téléphone mobile qui fonctionnerait à l’énergie corporelle et qui pourrait diagnostiquer à distance. « Pensez juste à ce que le monde deviendrait, si nous pouvions mesurer les caractéristiques de notre corps lors de maladies et les transmettre directement à un médecin ou un ordinateur. Vous pourriez être diagnostiqué et guéri instantanément et sans fil. »

Ce n’est pas la technologie qui l’empêche selon Cooper, mais juste la résistance des esprits à la nouveauté. Il la compare d’ailleurs volontiers à l’ahurissement des passants, lorsqu’en 1973 il passait le premier appel sans fil dans les rues de New York avec un prototype pesant près d’un kilo et disposant d’une autonomie de 20 minutes.

Un autre terrain sur lequel devront travailler les fabricants est la simplification de leurs appareils. « La bonne façon de le faire serait d’avoir un appareil photo avec deux boutons, un pour prendre la photo, l’autre pour le transmettre sans fil à l’endroit où vous voulez qu’il aille. » L’avenir donnera sûrement raison à Cooper car la médecine à distance est déjà pratiquée, même pour des pans aussi complexes que la chirurgie. Quant au rechargement par énergie corporelle, certains gadgets le permettent déjà. Les fabricants manquent peut être un peu d’audace, comme l’estime Cooper, mais l’appropriation culturelle d’une technologie n’a jamais été quelque chose d’immédiat.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés