Plutôt que de protester contre un mur, l'organisation Greenpeace préfère distribuer les points aux industries technologiques qui font attention à l'impact écologique de leurs produits high-tech. Au Cebit en Allemagne, Greenpeace publie ainsi une étude qui distingue Sony comme meilleur élève, avec cependant tout juste la moyenne.

La fondation écologiste Greenpeace publie régulièrement des études sur le comportement environnemental des constructeurs high-tech. Elle avait par exemple pointé du doigt l’iPhone d’Apple ou l’ensemble des produits Nintendo. Cette semaine, c’est depuis le Cebit, l’incontournable salon de Hanovre consacré aux nouvelles technologies qui se tient du 3 au 9 mars, que Greepeace publie une enquête sévère mais encourageante sur les produits électroniques « verts ».

L’étude, intitulée « en route pour une électronique verte » (.pdf), étudie ainsi la qualité écologique de différents produits soumis à son jugement par 14 grands constructeurs mondiaux qui ont fourni volontairement les produits qu’ils considéraient les plus écologiques dans quatre catégories : ordinateurs de bureau, ordinateurs portables, téléphones mobiles et assistants personnels (PDA). La note décernée prend en compte trois critères : l’utilisation de substances chimiques dangereuses (mercure, PVC, retardateurs de flamme bromés, antimoine, beryllium, phtalates…), l’efficacité énergétique et le cycle de vie et le recyclage du produit.

Le seul à se distinguer du lot est Sony, qui produit les seuls trois produits (parmi 37) à obtenir la moyenne : l’ordinateur portable Sony Vaio TZ11, le téléphone mobile Sony Ericsson T650i et l’ordinateur de poche Sony Ericsson P1i.

« L’industrie a encore du chemin à faire !« , constate ainsi la fondation Greenpeace, qui se félicite cependant des progrès réalisés. « Depuis que nous travaillons sur le secteur des nouvelles technologies, les fabricants ont fait des progrès et nous avons observé l’arrivée sur le marché de produits plus respectueux de l’environnement, comme le nouveau portable Apple, le MacBook Air, ou le téléphone mobile Evolve de Nokia« , déclare ainsi Yannick Vicaire, chargé de la campagne Toxiques de Greenpeace. « Les fabricants prennent de plus en plus au sérieux les impacts sur l’environnement de leurs produits, mais ils ont encore un long chemin à faire« .

En tête de classement des ordinateurs de bureau se trouvent les Dell Optiplex 755 et Hewlett-Packard dc5750, qui obtiennent tous les deux 4,71/10. Les produits les moins écologiques semblent être les PDA, puisqu’en dehors du P1i de Sony Ericsson qui obtient la moyenne avec 5,1/10, tous les autres produits n’atteignent même pas une note de 4. Toutes catégories confondues, aucun produit n’atteint une note supérieure à 5,30, qui est celle attribuée au téléphone T650i.

Mise à jour :

Le constructeur chinois Lenovo a annoncé en parallèle que son mini-PC Thinkcentre M57[P] Eco est le premier ordinateur a obtenir la certification Greenguard, qui est accordée par L’US Greenguard Environmental Institute aux produits qui n’émettent aucun des 2.000 produits chimiques, même volatiles, de leur liste. « Lenovo est en tête de l’industrie dans ses engagements envers une informatique environnementalement responsable » a ainsi déclaré le directeur de Greenguard, Carl Smith. Et vous pensiez encore que la Chine était en retard sur la protection de l’environnement ?

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés