Le rejet de l’offre de Microsoft par Yahoo ne fait pas que des heureux. Le Wayne County Employee’s Retirement System of Michigan, un fond de pension qui détient 13.600 parts dans Yahoo, a déposé une plainte à l’encontre du moteur de recherche. Il accuse en effet le bureau de Yahoo d’avoir manqué à ses obligations envers les actionnaires d’évaluer l’offre. « Dire juste non n’est pas une réponse appropriée. »

La voie du tribunal a été choisie car c’est la seule par laquelle l’organisme peut espérer se faire entendre. Le nombre de parts qu’il détient n’est pas suffisant pour lui accorder du poids par rapport aux investisseurs majoritaires. Pourtant, cette plainte est plus le fruit de sa frustration qu’un acte ayant une quelconque justification juridique.

Pour un procès, Yahoo n’aurait aucun mal à prouver sa bonne foi en inventant si besoin est toute une série d’outils de mesure destinés à montrer que l’offre de Microsoft n’est pas intéressante. Ensuite, Jerry Yang a publié une lettre à destination de ses actionnaires expliquant le pourquoi du refus, l’offre de Microsoft n’a ni convaincu la direction, ni les actionnaires majoritaires. Puis, la réponse de Yahoo ne se résume pas à un non, elle estime juste l’offre de Microsoft insuffisante. Pour le principe, les investisseurs majoritaires ne seraient pas contre ce rachat. Enfin, la plainte n’a aucun fondement légal. Si des actionnaires peuvent poursuivre l’entreprise dans laquelle ils ont investi, c’est plutôt par exemple pour avoir manqué à ses devoirs concernant l’élection des membres du bureau.

La plainte du Wayne County Employee’s Retirement System of Michigan est sans doute due à l’hostilité générale affichée contre ce rachat. Qu’il s’agisse des employés de Yahoo ou même de Google, tout le monde y a vu un danger. L’organisme souhaite donc rappeler par là que le moteur de recherche ne peut ignorer comme bon lui semble une offre de rachat, quelque soit le groupe qui en est à l’origine.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés