Selon le Mobile Entertainment Forum, les loisirs mobiles gratuits basés sur la publicité généreront 282 millions de dollars de bénéfice pour l’industrie mobile en 2012. Ce sont les vidéos et les jeux vidéo qui y contribueront le plus, alors qu’on laisse entendre un impact mineur venant de la musique. En effet, il est beaucoup plus facile d’insérer une publicité avant ou pendant la diffusion d’une vidéo ou d’un jeu que d’un titre de musique. L’auditeur ne veut pas avoir à subir de publicité avant l’écoute d’un morceau, encore moins être interrompu par elle, et ne regarde pas forcément son mobile pendant sa diffusion.

Ce sont ces quelques facteurs qui sont à la base de l’insuccès de SpiralFrog. C’est aussi peut être ce qui pousse Universal à pencher vers une pseudo licence globale, à l’instar de Nokia Comes With Music. Puisque musique et publicité ne font pas très bon ménage, les majors semblent prêtes à épouser un modèle d’affiliation au fabricant qui paraît d’autant plus dangereux au vu de la possible situation de monopole qu’il esquisse.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés