Décidemment très actifs sur le sujet, le journal Le Monde publie à nouveau un article intéressant sur le sujet de ce qu'il est désormais coutume d'appeler "le piratage privé", en opposition au piratage industriel bien connu des pays asiatiques.

Pour une fois nous ne citerons pas l’introduction, mais une simple question posée par l’auteur qui résume bien la situation et la distance croissante entre l’industrie du disque et les consommateurs :

Comment justifier, par exemple, que le prix du dernier double CD audio de Johnny Halliday, « A la vie, à la mort », soit de 23,43 euros pour 97 minutes de musique, lorsque les 107 minutes du DVD Astérix et Obélix sont proposées à 20 euros ?

Lire la suite de l’article sur le journal Le Monde

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés