De nouvelles réactions à propos du projet de loi de Nicolas Sarkozy visant à financer la suppression de la publicité sur les chaînes publiques par une série de taxes sur les NTIC.

On commence par celle de Viviane Reding, commissaire européenne chargée de la société de l’information et des médias. « Je pense que la taxation des nouvelles technologies n’est peut être pas la bonne façon d’atteindre l’objectif d’une utilisation des nouveaux moyens de communication intégrée par les citoyens » déclarait-elle lors d’une conférence à Munich rapportée par l’International Herald Tribune. Elle en profita pour prendre ses distances avec la proposition de Nicolas Sarkozy, qu’elle considère comme « le début, pas la fin de la discussion. »

D’autres intervenants lors de cette conférence se sont en revanche montrés beaucoup plus virulents à l’égard du président. « Quand vous y pensez, c’est de la pure folie » déclarait Tariq Krim de Netvibes, ayant bien du mal à croire que les nouveaux médias puissent servir à financer les anciens. « Si Sarkozy veut bouter la France hors de l’ère numérique, il n’a qu’à foncer » claironnait pour sa part Lars Hinrichs, dont la plateforme sociale Xing peine à percer le marché français.

Il n’y avait guère que Bernard Desarnauts, de chez Media Glam (un réseau de blogs et sites web sur la mode) pour défendre le projet. Ce dernier estimait que cet impôt ne se ferait guère ressentir et que les radiodiffuseurs publics pourraient voir leurs revenus augmenter.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés