Les pourparlers engagés entre Apple et China Mobile viennent brusquement de prendre fin, sans aucune explication. La commercialisation de l'iPhone au pays qui pourrait constituer son plus gros bassin de client est compromis.

Il n’y a pas qu’en France où le téléphone d’Apple causera du soucis quant à son lancement. En Chine aussi. La firme à la pomme était en pourparlers avec China Mobile, premier opérateur du pays, en vue d’introduire l’iPhone dans le pays. Du moins, jusqu’à ce que les négociations ne cessent brutalement. Aucune explication n’a été fournie sur la cause de cette impasse, et les rumeurs parlent d’un probable conflit sur la question du partage des revenus, celle-là même qui avait posé problème pour la commercialisation française.

Depuis cette annonce le cour de China Mobile a chuté de 2,76 %. Mais le coup est certainement plus dur à encaisser du côté de chez Apple. La Chine offre un marché considérable, d’autant plus que les chinois, qui ont largement plébiscité le BlackBerry, sont de fervents amateurs de smartphones. Par ailleurs, China Mobile compte 300 millions d’abonnés. A titre de comparaison, AT&T, aux Etats-Unis, n’en avaient que 22 millions lors du lancement de l’iPhone. Le parc de clients est donc sans commune mesure comparable.

Ce bassin de vente est d’autant plus juteux que Steve Jobs estime qu’il se sera vendu 10 millions de son téléphone dans le monde d’ici fin 2008, soit le double d’aujourd’hui. Ces prévisions prennent en compte l’arrivée prévue de la Chine, du Japon, du Brésil, du Mexique, du Canada, de la Russie, et de l’Australie dans son réseau de distribution cette année.

L’échec des négociations avec China Mobile n’a pourtant pas empêché l’iPhone de faire une percée sur le territoire. Il est déjà présent dans certains magasins de Pékin, vendu en version débloquée. Au plus Apple tardera à trouver un arrangement avec un des opérateurs, au moins il pourra profiter des 30 % qu’il réclame sur leurs revenus engendrés dans le cadre de l’iPhone.

Tout n’est pas pour autant perdu. China Mobile a certes mis un terme aux discussions, mais de manière « temporaire ». L’opérateur n’exclue pas de coopérer prochainement avec Apple. Du côté de son concurrent direct China Unicom, on ne signale aucune tentative d’approchement de la part de la firme à la pomme.

Un bras de fer est donc sûrement à prévoir entre Apple et le ou les opérateurs chinois. L’enjeu est de taille. L’iPhone pourrait en effet y avoir son plus gros potentiel de vente. Mais nous savons Steve Jobs têtu. Si ce sont bien les 30 % qui posent problème, on peut penser qu’il ne lâchera pas le morceau aussi facilement.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés