Selon Univers Freebox, Free aurait depuis quelques semaines baissé le montant d’émission (upload) des connexions de ses abonnés de 1024 kbit/s à 665 kbit/s. Pas d’affolement, cette mesure ne concerne que certaines lignes ciblées de clients ADSL dégroupés. Le fournisseur d’accès aurait préféré brider quelques connexions parasitantes pour le voisinage plutôt que d’autoriser un haut débit d’envoi à tout le monde alors que bien peu en utilise les pleines capacités.

Mais alors, quelques abonnés devraient-ils bénéficier d’un service amputé sous prétexte que le réseau de Free est trop chargé ? Non, et c’est même l’inverse qui est cherché. Pour ces lignes « saturées », les connexions n’étaient pas optimales. Le fait de les brider en upload est donc vu comme un moyen de « garantir de meilleures performances au plus grand nombre de freenautes possible. » D’autre part, il est toujours possible, pour les concernés, de revenir aux 1024 kbit/s. Il suffit pour cela de réactiver le mode « patate », enclenché par défaut chez eux sur le monde standard.

En gros, les abonnés concernés désirant une haute vitesse d’émission peuvent toujours enclencher l’option, mais Free a délibéremment bridé par défaut ceux qui disposaient de cette possibilité sans jamais s’en servir. Et puis, entre nous, le fournisseur d’accès a mis en place son système depuis plus d’un mois et personne ne semble jamais s’en être plaint.

Là où cela se révèle en revanche plus problématique, c’est que le fournisseur d’accès promet sur le papier un upload de 1024 kbit/s tout en restreignant certaines connexions sans même que ses utilisateurs en soient avertis. Pour le principe, ce procédé reste assez douteux. Si cette pratique venait à se généraliser, elle mettrait en péril le peer-to-peer ou les applications gourmandes en vitesse d’upload, à l’instar de Joost. Il est facile de se réfugier derrière un « oui mais il est toujours possible de » ; encore faut-il que les abonnés soient au courant. Espérons donc que cette baisse de vitesse d’émission ne reste que de l’ordre du compromis exceptionnel entre promesse théorique et recherche de qualité.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés