Une plainte pour contrefaçon, concurrence déloyale, et parasitisme ; 100 millions d’euros réclamés à YouTube, 38,97 à Dailymotion, et 10.000 euros par infraction constatée à partir du verdict des juges. On n’y va pas de main morte, chez TF1, lorsque l’on décide d’attaquer les deux plateformes vidéo ; ou plutôt, « prévoit » d’attaquer car la chose n’est pour l’instant qu’officieuse selon les informations glânées par Lepoint.fr, et qui confirme une rumeur qui ne date pas d’aujourd’hui.

La chaîne de télévision est lasse. Lasse de voir ses séries phares piratées, à l’instar de Heroes dont l’huissier recruté pour l’occasion constatait que certains épisodes avaient été vus plus de 80.000 fois. D’autres infractions ont été constatées, comme le film Les inflitrés dont TF1 détenait les droits, et qui était diffusé en sept parties sur Dailymotion. Même chose le spectacle de Gad Elmaleh divisé en autant de sketchs.

TF1 a calculé son préjudice subi en fonction du nombre de vidéos regardées, du manque publicitaire à gagner en terme d’audience, ainsi qu’en ventes sur sa plateforme de VOD. Un peu plus « réaliste » que les majors du disque avec le peer-to-peer, la chaîne n’a pas considéré qu’une lecture sur YouTube était une vente de perdue pour elle, mais que pour cinq vidéos visionnées gratuitement, c’était une de moins achetée légalement.

La chaîne se joint donc à ce mouvement de masse qui avait valu aux plateformes de VOD d’essuyer une multitude de procès aux Etats-Unis, ou en France avec la Ligue de Football Professionnel et la Fédération Française de Tennis. C’est pourtant assez inattendu de la part de TF1, qui, comme Dailymotion, a signé l’accord Olivennes prévoyant le filtrage des contenus. On dirait bien que le groupe, qui a bien pris soin de faire le nécessaire sur son portail WAT.TV, n’accepte pas trop d’avoir fait un effort de plus que ses concurrents directs.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés