Alors que les majors du disque s’écroulent une à une car elles ont du mal à digérer la nouvelle donne Internet, le Web, lui, ne se gêne pas pour investir son activité. Entre les labels de musique équitable, les bourses de musique (dont parlerons bientôt plus en détail), les artistes qui s’autoproduisent sur la toile ou TempoStand qui leur prête son studio, les initiatives ne cessent d’émerger de partout, volant le gagne-pain des maisons de disque traditionnelles.

Cette-fois si, c’est MySpace qui s’y met. Son nouveau service, appelé « MySpace Transmissions », consiste à « permettre aux artistes et aux labels d’épouser une nouvelle façon de générer des revenus sur MySpace. » Il s’agit de présenter des artistes en session studio et de profiter de cette exclusivité pour proposer des interviews vidéo et distribuer l’album qui en émergera.

Cette initiative est loin d’être nouvelle, et le concept a un parfum de déjà vu. Mais cela annonce néanmoins un plus grand investissement de MySpace dans la chaîne de production musicale. Elle est loin l’époque où la plateforme ne voulait pas y avoir affaire et laissait Snocap gérait les ventes de MP3 en considérant que là n’était pas son business. « Restez à l’écoute » a déclaré Josh Boorks, vice président du contenu sur la plateforme. « Vous voyez juste le dessus de l’iceberg et de nombreuses choses se préparent pour MySpace Music. » Il ne serait guère étonnant que la plateforme se mue peu à peu en label producteur comme l’avait déjà fait Soulseek, le logiciel de peer-to-peer.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés