Facebook lançait il y a un mois son programme Beacon. Il s’agissait de permettre aux annonceurs d’utiliser vos données privées afin de placer une publicité ciblée. Si vous achetiez par exemple un livre à partir d’un autre site et que vous rendiez l’action consultable par les autres utilisateurs, Facebook pouvait glisser un lien promotionnel vers une plateforme de vente. Les plaintes des utilisateurs sont vite arrivées à la pelle, notamment celle du groupe MoveOn, qui accusait la plateforme sociale de rendre difficile le blocage de ces publicités.

« Le problème avec notre approche initiale, consistant à mettre en place système de désengagement plutôt qu’un système d’engagement, était que si quelqu’un oubliait de refuser de partager quelque chose, Beacon le faisait quand même » concède son fondateur Mark Zuckerberg. « Nous avons avons trop attendu quand les gens ont commencé à nous contacter pour changer le produit afin de permettre aux utilisateurs d’approuver explicitement ce qu’ils voulaient partager. Au lieu d’agir rapidement, nous avons mis trop de temps à nous décider sur la bonne solution. Je ne suis pas fier de la façon dont nous avons géré la situation et je sais que nous pouvons faire mieux. »

Facebook avait donc commencé la semaine dernière à faire une première marche arrière. Plutôt que d’inscrire tous ses membres à Beacon en leur offrant la possibilité de se désengager du programme, la plateforme soumettait Beacon à une inscription volontaire. Seulement, comme nous le soulignions à cette occasion, les publicités de Beacon devenaient certes plus facilement bloquables, mais un doute subsistait quant au partage de vos informations privées avec les annonceurs. Même si ceux-ci ne pouvaient plus diffuser de publicité sur votre profil, peut-être pouvaient-ils encore se servir des informations collectées en tant que base de donnée statistique.

Il faut croire que nous n’ayons pas été les seuls à souligner ce fait, et que la plateforme ait continué d’essuyer les plaintes, car, pour mettre un terme aux derniers doutes, Facebook a décidé de fournir une option permettant de bloquer totalement Beacon. « Si vous choisissez de ne pas partager les actions Beacon ou si vous éteignez Beacon, Facebook ne gardera plus ces actions même si les partenaires les envoient à Facebook. »

« Nous avons simplement mal fait notre travail avec cette fonction, et je m’excuse pour ça » a déclaré le fondateur de Facebook. « Même si je suis déçu par nos erreurs, nous apprécions tous les retours que nous avons reçu de nos utilisateurs. » Et oui Zuckerberk, on ne fait pas avaler n’importe sous des prétextes purement mercantiles. Au moins, on ne risque plus de voir Microsoft profiter abusivement du site avec les espaces publicitaires qu’il a à sa charge depuis son investissement.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés