C’est une foule monstrueuse qui s’est amassée hier soir devant le nouveau magasin Orange sur les Champs Elysées, inauguré à l’occasion de la sortie de l’iPhone. Une quinzaine de guichets ont tourné non stop jusqu’à deux heures du matin pour satisfaire 2.000 futurs acheteurs (estimation du journal Le Monde) dont certains bravaient le froid dès le matin.

Et oui, en France, on n’échappe pas non plus au buzz iPhone. Lancement en grande pompe avec compte à rebours lumineux sur la façade, quelques appels à la clémence des commerciaux qui indiquent à la foule qu’ils pourront se procurer le téléphone demain mais personne ne lâche prise ; le mot d’ordre fut « je ne repars pas sans iPhone ce soir ».

L’accueil a été mitigé dans la dizaine d’autres villes où les boutiques proposaient en avant première le téléphone. « A Bordeaux, les clients ont fait la queue sous les regards des forces de l’ordre » explique WPC-fr ; pendant qu’à Nantes, Archicool situe à 60 personnes seulement le nombre de fans d’Apple qui s’étaient déplacés pour l’occasion, même estimation pour Rennes d’après le Figaro.

L’engouement s’est fait ressentir en bourse où l’action d’Orange a grimpé de 3 %. Selon Didier Lombard, 62.000 personnes se seraient inscrites sur le site pour obtenir des informations sur le téléphone. Hier soir, le PDG de France Télécom avait même fait le déplacement pour saluer la foule amassée sur les Champs Elysées et applaudir les premiers clients à entrer sous les crépitements des flashs. Improvisé « dame de cantine », Didier Lombard expliquait à ses clients, entrant par paquets de 10, les 8 minutes dont ils disposaient pour se voir présenter l’appareil et mettre en place le forfait.

Les militants de Sud-PTT se sont invités à la fête afin de dénoncer la suppression des postes par France Télécom « iPhone. Mariage de la pomme et de l’orange. Pendant la noce, le massacre continue » peut-on lire sur les tracts qu’ils distribuent ; ils parlent des 22.000 emplois qui devraient être supprimés chez l’opérateur dans les trois ans à venir. De son côté, Didier Lombard tablait sur 100.000 exemplaires vendus d’ici la fin de l’année, avant de se faire raviser par Louis-Pierre Wesnes, directeur d’Orange.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés