Nous vous disions hier que le PDG de France Télécom Didier Lombard faisait un pari risqué en annonçant un objectif de 100.000 iPhone vendus d’ici la fin de l’année, c’est-à-dire en seulement un mois après le début de sa commercialisation, ce soir. Dans une interview au Figaro de ce matin, le directeur exécutif d’Orange pour la France Louis-Pierre Wenes, corrige les ambitions du grand patron. « Nous visons plusieurs dizaines de milliers de clients d’ici à la fin de l’année« , indique-t-il, « et plusieurs centaines de milliers l’an prochain« . Voilà qui est beaucoup moins précis, et beaucoup plus réaliste compte tenu de l’expérience britannique.

Reste que les clients les moins pressés seront bien inspirés d’attendre quelques mois. Interrogé sur l’absence de 3G dans l’iPhone, M. Wenes répond que « Apple ne tardera pas » à implanter la 3G, « sans doute en 2008« , mais « il faudra bien sûr changer de téléphone« . « Il y aura dans les familles de nombreux amateurs pour reprendre les  » vieux  » iPhone qui, à eux seuls, sont un iPod Touch avec un téléphone inclus !« , s’empresse toutefois de rassurer le directeur d’Orange.

Le téléphone « nu », sans abonnement, sera vendu 649 €, auxquels il faut ajouter 100 € si l’on veut le débloquer dans les 6 premiers mois pour l’utiliser avec un autre opérateur. Les tarifs des forfaits, officialisés ce matin par Orange, commencent à 49 € pour deux heures de communication (et deux heures soir et week-end), et vont jusqu’à 119 € pour huit heures. Ils comprennent l’accès illimité à l’internet mobile (avec limitation de débit après 500 Mo) et un forfait SMS. L’abonné s’engage pour 24 mois, ramenés à 12 mois s’il paye 4,50 euros supplémentaires par mois.

Le contrat d’exclusivité d’Orange a été signé pour plusieurs années, « plus de deux ans ». En Grande-Bretagne, O2 aurait signé pour cinq années. « Nous avons un contrat d’exclusivité en tant qu’opérateur, c’est-à-dire pour fournir les services de télécoms. En revanche, nous n’avons pas un contrat d’exclusivité de la distribution« , précise cependant Louis-Pierre Wenes. « En clair, Apple peut un jour élargir la distribution à d’autres acteurs… Mais dans ce cas, nous sommes assurés qu’ils seront vendus avec des contrats Orange« .

Enfin, M. Wenes confirme dans l’interview que selon Orange, « la menace [de faire entrer un géant des TIC chez les télécoms] vient plutôt de Google et de Microsoft, moins d’Apple qui se range plutôt du côté des partenaires« . Si Google sortait un Google Phone, ou Microsoft un Zune Phone, il ne faudra donc pas compter sur Orange pour les commercialiser…

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés