L’un des arguments avancé par les P2Pistes quand ils justifient leur pratique illégale face aux plateformes payantes est, entre autres, qu’ils ne trouvent pas tout ce qu’ils veulent sur celles-ci. La logique voudrait donc que les maisons de disque et les portails légaux fassent un effort pour étoffer leur offre mais cette évidence est loin d’être acquise pour tout le monde. Pour preuve, ce nouvel accord, que Nokia brandit fièrement à la face consommateur. L’opérateur a décroché l’exclusivité de commercialisation du nouvel album de Kylie Minogue. Après tout, c’est une bonne affaire pour son Nokia Music Store puisque ce sera le seul à proposer « X » ; mais en est-ce une pour EMI, son producteur ?

D’accord, le Nokia Music Store ne requiert pas d’abonnement préalable (même si il propose la formule), il peut être aussi accessible depuis un PC et pas nécessairement d’un téléphone Nokia, mais les fidèles clients des autres plateformes prendront-ils la peine de tromper leur fournisseur d’élection pour un autre ? Il serait intéressant de savoir, chiffres à l’appui, combien d’habitués à iTunes ont téléchargé l’album de Jay-Z – ou de tous ces artistes qui ont quitté la plateforme d’Apple – sur d’autres plateformes légales, et combien l’ont téléchargé sur le peer-to-peer ; mais dans un contexte où la musique légale peine à avancer sous l’ombre toujours grandissante du protocole, quoi de plus périlleux que de négocier des exclusivités ? EMI semblait bien avoir eu un éclair de lucidité en abandonnant les DRM mais pour le coup, la major fait preuve d’une étonnante naïveté.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés