MediaDefender ne va vraiment pas aimer les pirates. La société spécialisée dans la lutte contre le P2P illégal s’est fait pirater 700 Mo d’e-mails, soit plus de 6.000 messages confidentiels, diffusés par BitTorrent en septembre dernier. Ils représentaient environ 9 mois de correspondance interne, diffusés par un groupe baptisé « MediaDefender-defenders ». On apprenait notamment à cette occasion qu’Universal Music payait 4000 $ par album et par mois pour freiner le piratage de ses productions grâce à la diffusion de fakes sur les principaux réseaux P2P. Les messages piratés contenaient également des informations personnelles sur les employés de la société, des informations stratégiques sur les techniques employées par MediaDefender (jusqu’au code source du logiciel maison, qui sera diffusé dans un second temps), ou même les mots de passe de ceertains serveurs.

De quoi ruiner la réputation de la société. La fuite a même permis au pire ennemi d’Hollywood, The Pirate Bay, de porter plainte contre plusieurs producteurs pour sabotage d’infrastructure, attaques de denis de service, hacking et spamming.

On sait aujourd’hui combien l’affaire a coûté à MediaDefender. La maison mère ArtistDirect a publié ses informations financières aux autorités boursières américaines, et elles montrent que la fuite lui a coûté la bagatelle de 825.000 dollars, ce qui la fait plonger à un déficit de 183.000 dollars au dernier trimestre, contre 839.000 dollars de bénéfice l’an dernier. Dans le détail, la somme se divise entre 600.000 dollars de contreparties aux clients, et 225.000 dollars de frais juridiques.

Les 600.000 dollars payés par MediaDefender à ses clients devraient lui permettre de continuer à exercer ses activités en achetant leur fidélité et leur pardon. La somme est extrêmement élevée, mais c’était sans doute ça ou l’arrêt complet de ses activités. D’après les informations financières, les deux tiers du chiffre d’affaires de MediaDefender sont réalisés avec seulement quatre clients. « Une enquête interne est menée, au terme de laquelle la société a révisé plusieurs procédures et politiques et amélioré ses protocoles de sécurité en ligne », promet ArtistDirect à actionnaires.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés