Il fut un âge d’or où dans chaque grande ville on pouvait trouver cet espèce de librairie spécialisée, centre névralgique de tous les geeks des alentours. On y allait autant pour trouver cette édition rare de X-men que la carte Magic à trois manas qui déchire tout ou quelques figurines Warhammer à peindre amoureusement chez soi. Bien sûr, ces magasins fourre-tout n’ont pas disparu – vous y trouverez toujours un barbu à lunettes prêt à vous emmener en arrière boutique faire une partie de Dungeons & Dragons et vous vanter les mérites d’une partie de wargame à coups de dés et de stylos par rapport à World of Warcraft – mais elles ont peut être un perdu de cet engouement d’antan.

Le geek aujourd’hui reste au chaud chez lui ; il télécharge le dernier Spiderman sur eMule ; il a un casque et demande à son collègue Orc de venir soigner ses blessures parce qu’il vient de se prendre une méchante boule de feu dans la figure. Et Marvel, du coup, en pâtit. Marvel, c’est l’un des plus grand éditeur de comic books américain. C’est la maison qui fut à l’origine d’icônes que l’on ne présente plus, de Spiderman à Hulk en passant par les X-Men.

Cette fois bien décidé à ne plus perdre sa clientèle qui lui échappe sur le Web, l’éditeur a décidé d’expérimenter une nouvelle formule intitulée Digital Comics Unlimited. Elle devrait permettre aux internautes, pour un forfait mensuel de 9,99 $ (4,99 $ pour une souscription d’un an) de pouvoir consulter 2.500 BDs online, des premières sorties de 1963 aux dernières parutions (20 par semaine). Le site offre 250 extraits de comics afin de vous laisser vous faire une idée de leur qualité. Bien sûr, vous trouverez toujours un barbu à lunettes prêt à vous emmener dans sa collection de comics et vous vanter les charmes de l’édition papier dont on voit qu’elle a subi l’épreuve du temps mais bon, c’est toujours moins cher que de s’abonner à la BD.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés