Le nouveau système publicitaire dévoilé par Facebook risque de faire des émules du côté des défenseurs de la vie privée. Il donne purement et simplement aux annonceurs l'opportunité d'utiliser vos données afin de mieux cibler leur publicité.

Facebook vient de dévoiler son système publicitaire qui, selon les mots de son PDG Mark Zuckerberg, devrait permettre « aux entreprises de se connecter avec les utilisateurs et cibler leurs annonces au plus près des audiences qu’ils veulent toucher. » 60 marques seraient déjà intéressées, dont Blockbuster, CBS, Chase, Coca-Cola, Sony Pictures Television, Verizon Wireless, et …. Microsoft.

Il est pour le moins étonnant de voir le géant de l’informatique apparaître dans la liste des annonceurs puisqu’on l’attendait plutôt, avec son récent investissement dans la plateforme sociale, à le voir du côté de ceux qui en contrôlent les manettes. Mais « Microsoft est le fournisseur tiers exclusif des publicités au standard IAB » a déclaré Zuckerberg. Le standard IAB correspond aux bannières publicitaires – aussi appelées « skyscrapers » – 120×600 ou 160×600 pixels que l’on retrouve dans une colonne étroite le long de la page, le plus souvent à droite.

Le terrain de Microsoft s’arrêtera donc là, pendant que Facebook développe un système beaucoup plus intrinsèque au site. Il s’agit par exemple d’offrir aux partenaires la possibilité de lancer leur propre page en permettant « aux utilisateurs d’intéragir et de s’affilier avec les entreprises et organisations de la même façon qu’ils intéragissent avec les profils d’autres utilisateurs », quelque chose que l’on retrouvait déjà sur MySpace.

Mais là où Facebook va plus loin, c’est qu’il fournit aux marketeurs des informations détaillées sur les intérêts, hobbies, et comportements des utilisateurs afin de mieux cibler leur message. Lorsque vous publiez la critique d’un restaurant, d’un groupe que vous avez aimé, lorsque vous achetez un livre, un DVD, ou un ticket de cinéma, vous avez la possibilité de montrer l’action à vos amis ou non. Si vous le faites, vous pourrez donc bien retrouver à côté de la critique un lien vers le restaurant en question, ou à côté du DVD un lien sponsor vers eBay. On promet aussi un outil social équivalent au bouche à oreille, ainsi qu’un accès libre des annonceurs à l’activité des facebookeurs, leurs données démographiques et leurs tendances. Ce dernier devrait leur donner l’opportunité de déterminer quelles publicités devront apparaître aux utilisateurs.

« Rien n’influence plus une personne que la recommandation d’un ami à qui l’on fait confiance » s’explique Zuckerberg. Le PDG a pourtant la mémoire courte. Déjà l’une des fonctions qui offrait la possibilité de surveiller les activités de ses amis avait été vivement décriée par la communauté ; Facebook s’en était alors excusé et avait permis aux utilisateurs de la désactiver. Alors, que dire d’un système qui autoriserait les annonceurs à avoir accès à vos informations personnelles ? Il y a encore quelques mois encore, la plateforme essuyait de nombreuses critiques quant à sa politique de confidentialité.

Facebook a promis d’être à l’écoute des utilisateurs dès que seront relevés des programmes de ciblage publicitaire offensifs, et de ne rien fournir qui pourrait permettre de vous identifier personnellement ; mais quand même, question protection de la vie privée, on ne peut pas dire que la plateforme communautaire soit très regardante.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés