Un échec des négociations vient d'aboutir à une grève générale des scénaristes américains. Le secteur entier s'en retrouve paralysé et on évoque déjà la possibilité d'écourter les saisons des séries prime time.

« Boom, notre émission s’arrête purement et simplement. » Ce constat, que tient Amy Poehler à propos de son émission Saturday Night Live devrait bientôt se retrouver dans la bouche de nombreux autres acteurs du secteur. Son émission fait en effet parti de ces talk-shows américains dont les scripts sont écrits au jour le jour et qui sont les premiers à pâtir d’une grève générale lancée ce lundi par 12.000 scénaristes au pays de l’Oncle Sam.

« Tout le monde sait combien coûte un DVD et un auteur reçoit de quatre à cinq cents pour la vente d’un DVD » proteste l’un d’entre eux, Bryce Zabel. « Nous, on demande huit cents. Et ils disent que c’est scandaleux ! » En dehors d’une élévation du pourcentage sur les ventes de DVD, les scénaristes réclament davantage de droits d’auteur quand leurs œuvres sont diffusées sur les mobiles et baladeurs numériques. De son côté, l’AMPTP (Alliance of Motion Picture and Television Producer) rejette ces revendications en avançant le fait que les programmes diffusés sur Internet ne sont pas encore rentables.

Naturellement, le mouvement est appuyé par le syndicat des scénaristes de cinéma et de télévision (Writer’s Guild of America), mais il a aussi le soutien du syndicat des acteurs à l’écran (Screen Actors Guild) même si ceux-ci n’envisagent pas de se joindre au mouvement. En 1988, un conflit similaire avait déjà eu lieu et avait coûté à l’industrie 500 millions de dollars. Il pourrait aujourd’hui coûter le double selon Antonio Villaraigosa, maire de Los Angeles et donc particulièrement concerné par les répercussions de cette crise.

Pour l’instant, le conflit ne serait pas en mesure de toucher les films, séries, ou téléfilms mais si il venait à durer plusieurs semaines comme les analystes le prédisent déjà, il pourrait paralyser le secteur tout entier. On évoque déjà par exemple Heroes, qui, avec ses des résultats financiers peu probants, pourrait voir sa deuxième saison écourtée. Même chose pour Prison Break, dont les treize premiers épisodes de la nouvelle saison pourraient être achevés dès janvier si besoin est. Du côté de NBC Universal, on voit dans la télé-réalité et les news une alternative possible pour éviter de tomber dans la rediffusion à outrance.

Les revendications des scénaristes ont peu de chances d’aboutir, et on peut s’attendre les prochains mois à un appauvrissement considérable de la création hollywoodienne. Dès jeudi on pressentait déjà le conflit arriver et de nombreux producteurs avaient demandé à leurs scénaristes d’écrire des scripts alternatifs pour achever leurs projets. C’est désormais en apnée que l’industrie cinématographique et télévisuelle américaine devra avancer pour les prochains jours. La grève est à durée illimitée.

Merci à Hft0 pour l’info

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés