Terra Firma est le groupe qui avait accaparé EMI sous le nez de Warner en juillet dernier ; non pas que la major n’ait pas été tentée par une fusion mais elle n’avait pas estimé que les conditions du marché lui permette d’enchérir plus que ce que comptait y investir Terra Firma. Il faut croire que Warner avait vu juste.

Trois mois après, Terra Firma semble revenir sur sa décision en annonçant son intention de vendre une partie d’EMI, celle consacrée à la distribution physique. Avec le passage à l’ère numérique, c’est souvent ce service qui devient le plus difficile à rentabiliser face aux chutes de vente de CDs.

« Si ils pensaient avoir fait un bon deal, ils ne dilueraient pas leur action en essayant d’impliquer d’autres investisseurs » commente un proche d’EMI. « Ils essaient d’en trouver d’autres pour se décharger d’une partie du risque. » Alors que Terra Firma devra bientôt rendre des comptes à sa banque, ce délestage lui permettrait d’économiser assez d’argent pour garder la tête hors de l’eau.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés