Bientôt en France ? Comcast, le premier câblo-opérateur des Etats-Unis et le deuxième fournisseur d'accès à Internet, est accusé de saboter certains protocoles d'échange de fichiers dont ceux de BitTorrent et Gnutella. Pour le moment, l'opérateur nie l'évidence.

Le bridage des protocoles P2P monte d’un cran. Aux Etats-Unis, le géant des télécommunications Comcast est accusé de sabotter les paquets échangés par les utilisateurs de BitTorrent pour empêcher tout transfert de fichier, quelle qu’en soit la nature. C’est l’agence de presse Associated Press qui a révélé au grand public ce que beaucoup soupçonnaient déjà sur les forums.

L’Electronic Frontier Foundation (EFF) a effectué des tests, et confirmé que Comcast utilise une technique jusqu’à présent réservée aux hackers et aux censeurs chinois. Les routeurs installés par le FAI transforment à la volée certains paquets envoyés par les utilisateurs en paquets TCP RST. Ces paquets « reset » servent normalement à prévenir celui qui attend une réponse que le destinataire de la communication ne souhaite pas ou ne peut pas répondre. La connexion entre les deux machines est alors interrompue. Interruption fatale, évidemment, lorsqu’il s’agit de s’échanger des fichiers sur BitTorrent.

D’autres tests conduits par l’EFF ont permis de déterminer que le réseau Gnutella est lui aussi atteint, lorsqu’un utilisateur qui n’est pas de Comcast cherche à établir une connexion avec un abonné Comcast. Un paquet TCP RST est alors forgé par le routeur. Etrangement, le cas inverse ne se produit pas, ce qui ne bloque pas totalement Gnutella, mais altère largement ses performances.

Mieux, des tests conduits un mois auparavant par un internaute ont permis de conclure que même le logiciel Lotus Notes était victime du procédé lorsqu’il était utilisé pour envoyer de gros fichiers !

Pour le moment, Comcast refuse de confirmer ce que tous les tests semblent démontrer. Il suffit de passer par un proxy pour contourner le réseau Comcast pour qu’aucun problème n’apparaisse. Le procédé a semble-t-il été mis au point avec l’aide de Sandvine, qui avait livré en 2002 une étude sur les dangers du P2P sur la santé des réseaux des FAI. Il pose des questions graves sur le rôle des fournisseurs d’accès à Internet et apporte du grain à moudre aux partisans de la neutralité du réseau. En aucun cas BitTorrent ou Gnutella ne sont des réseaux illicites en eux-mêmes, qu’il faut sabotter quel que soit le contenu échangé.

Comcast, qui possède et diffuse plusieurs grandes chaînes de télévision américaines, et propose également des services de téléphonie, pourrait aussi être tenté de bloquer des services concurrents comme Joost ou Skype, qui devraient alors payer Comcast pour être débloqués.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés