« Nous prévoyons une vingtaine d’acquisitions par an », voilà ce qu’a annoncé Steve Balmer, PDG de Microsoft, au Web 2.0 Summit de San Francisco. Ces derniers temps, il était de bon ton pour les grands groupes d’investir dans le Web 2.0, une mode qui a autant touché Google (pour YouTube, entre autres) que Yahoo avec sa nouvelle politique impulsée par Jerry Yang, en passant par News Corp (pour Myspace), eBay (pour Skype) et CBS (pour Last.fm). Absent de la partie, Microsoft, qui ne s’était contenté jusque là que d’acquisitions mineures.

Si l’on en croit Balmer, cela pourrait bientôt changer. Le géant de l’informatique vient de débloquer un budget spécialement dévoué aux acquisitions ; services Web 2.0, sites communautaires (Facebook peut être ?) et logiciels libres sont visés, un comble quand Microsoft s’attaquait encore il y a peu à la communauté open source. Par là, la multinationale souhaite accroître ses revenus publicitaires pendant que son moteur Live Search ne possède une audience digne de satisfaire ses appétits pécuniaires.

Microsoft a décidé d’injecter 23 milliards de dollars sur cinq ans dans sa nouvelle politique, une somme astronomique si on la compare au rachat de MySpace qui s’élevait à la hauteur de 580 millions de dollars, mais insignifiante à l’échelle de ses moyens (seulement 2 % de son budget).

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés