On a beaucoup parlé de l’iPhone, le critiquant ou en faisant l’éloge pour tout et pour rien, mais a-t-on seulement pensé à le considérer sous un aspect écologique ? C’est ce qu’a fait Greenpeace en l’envoyant dans un laboratoire chargé de le disséquer, et en faisant une vidéo diatribe contre Apple.

Elle montre que l’iPhone contient des composants chimiques dangereux. Par exemple l’antenne, avec un taux de brome s’élevant à 10 %, ou les écouteurs dont le PVC comporte 1,5 % de phtalates, réputés pour leur toxicité et le risque qu’ils constituent pour l’environnement et la santé humaine.

Greenpeace confronte ses résultats avec la verve écologique dont faisait preuve Steve Jobs dans un article intitulé « A Greener Apple » et où il présentait la firme à la pomme en avance dans le domaine par rapport à ses concurrents. Mais comme l’évoque la vidéo, Nokia, Sony Ericsson ou Motorola ont déjà retiré de leurs mobiles ces mêmes produits dangereux…

« Apple a commencé le recyclage en 1994 et nous avons aujourd’hui des programmes de recyclage dans les pays où plus de 82 % des Macs et Ipods sont vendus » explique Steve Jobs, tout en comparant ses résultats avec d’autres fabricant informatiques. Car, concernant la téléphonie mobile, la firme à la pomme semble encore avoir du chemin à faire pour effectivement devenir plus « verte ».

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés