L’allemand Bertlesmann s’en veut d’avoir revendu la filiale d’édition de BMG à son concurrent Universal Music. S’il s’agissait d’une opération financière des plus intéressantes avec 1,63 milliards d’euros déposés sur la table par Universal, il s’agissait sans doute aussi pour BMG d’une opération stratégique déplorable. Si le secteur de l’enregistrement musical est en crise profonde, les activités d’édition restent au beau fixe avec le marché des sonneries et le développement des ventes de licences (karaoké, jeux vidéo, publicité, cinéma…).

Selon des informations du Financial Times Allemagne, Bertelsmann aurait préféré garder BMG Publishing dans son actif (il s’agissait d’une opération financière nécessaire pour assainir les structures du groupe), et se prépare déjà à investir pour faire son retour dans l’édition musicale. Le contrat de cession à Universal contient différentes clauses de non-concurrence qui interdisent à Bertelsmann de faire une telle opération avant 2009, mais le géant allemand des médias pourrait déjà commencer ses négociations et acheter des éditeurs dès l’échéance passée.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés