Après avoir défendu pendant plusieurs années un modèle de licence basé sur le volontariat profitable pour les deux partis, L’EFF (Electronic Frontier Foundation) remonte au créneau. Dans sa dernière enquête, l’organisme démonte la stratégie menée par la RIAA.

« Après quatre ans et plus de 20.000 poursuites, la campagne de la RIAA consistant à poursuivre les mélomanes américains est un échec » déclare l’un des organismes les plus virulents concernant la société de gestion des droits. « Elle n’a pas mis terme au téléchargement P2P. Elle n’a pas persuadé les fans de musique que le partage était similaire au vol à l’étalage ».

Et pour cause, s’appuyant sur sur les chiffres fournis par BigChampagne ou BayTSP, l’EFF souligne que la moyenne des utilisateurs simultanés sur les réseaux de P2P a doublé depuis 2003, passant de 4,3 millions à 9,3. Il faut peut être relativiser la signification de ces chiffres, car ils ne prennent pas en compte la pénétration grandissante d’Internet au sein de la population, mais celle-ci est loin d’avoir doublé sur cette même période et la campagne menée par la RIAA n’a pas eu l’air de freiner l’utilisation du P2P.

Peut être est il donc temps de passer à autre chose ? La tendance actuelle annonce une évolution des mentalités du côté de l’industrie culturelle, mais pas de celui de la RIAA qui a encore récemment lancé une nouvelle vague de courriers aux campus universitaires américains.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés