Le massacre à l’université polytechnique de Virginie (Virginia Tech) avait vite fait réagir les détracteurs de jeux vidéo violent. L’avocat militant chrétien Jack Thompson avait même accusé Microsoft d’avoir une part de responsabilité dans le drame à cause de son jeu Counterstrike – jeu, qui au passage, n’a aucun lien de près ou de loin avec la multi-nationale. Il n’a pas hésité non plus à montrer Doom ou Grand Theft Auto du doigt, et faire le lien avec la tuerie de Columbine.

Le problème, c’est qu’aucun rapport n’a été trouvé entre l’auteur du massacre, Cho Seung Hui, et les jeux vidéo, si ce n’est d’avoir joué à Sonic le hérisson pendant sa jeunesse. Ses camarades ont d’ailleurs avoué ne l’avoir jamais vu toucher à une console. C’est la conclusion à laquelle est arrivée l’enquête officielle. Elle montre aussi que plus de vies aurait été sauvées si les autorités étaient intervenues plus tôt (30 étudiants et deux professeurs ont été tués dans la tragédie avant que Cho ne retourne le fusil contre lui).

Thompson va donc devoir attendre une prochaine tuerie pour monter au créneau, à moins d’inclure la petite mascotte de Séga dans sa ligne de mire.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés