Universal annonçait il y a quelques jours son intention de tester la vente de MP3s sans DRM. Il était à craindre que la major fasse, à l’image d’EMI, appelle à l’identification de type watermarking pour tracer ses morceaux et cette crainte se confirme aujourd’hui.

D’après le blog Wired, les MP3s d’Universal sans protection seront marqués d’une identification unique qui pourrait être utilisée pour deviner le propriétaire d’un morceau « malencontreusement » tombé sur les réseaux de P2P.

Ce marquage serait fait de manière audio sur une fréquence inaudible pour l’oreille humaine, ce qui rendrait sa neutralisation beaucoup plus complexe que pour les morceaux d’EMI. Si il ne contiendrait vraisemblablement aucune information personnelle, il permettrait néanmoins de remonter à l’acheteur via le numéro lié à l’achat.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés