YouTube ne se laisse pas dompter comme ça, et l’univers du Web 2.0 reste impitoyable. C’est ce qu’a pu constater à ses dépends John Howard. En cette période d’élection, le premier ministre australien veut se donner un coup de jeune en faisant campagne sur YouTube.

Il a ainsi publié une vidéo dans laquelle il y vante les progrès du gouvernement accomplis dans le domaine de l’environnement. Bien sûr, le politicien, qui s’est toujours opposé au protocole de Kyoto, ne cherche qu’à attirer le vote des jeunes et des écologistes qui lui échappent plus ou moins, mais cette tentative grotesque n’a pas tardé à devenir une énorme contre-pub pour sa candidature.

Quelques heures à peine après sa publication, on trouvait déjà de nombreux détournements (merci le YouTube remixer ?) ou parodies de la vidéo, et foule de commentaires enflammés des internautes.

« Le fait est qu’une fois en ligne, vous êtes la cible pour n’importe qui voulant s’amuser à manipuler votre message pour en faire ce qu’il veut » commente Christian Kerr, un ancien conseiller du gouvernement lors d’un interview radio. « Les partis semblent sous-estimer les dangers de YouTube ». A moins de s’en servir avec un garde-fou, comme pour les élections américaines.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés