Elle est loin l'époque où Amazon n'était qu'un simple libraire sur Internet. Après avoir diversifié ses produits culturels (CDs, DVDs, appareils photo numériques), le géant du commerce électronique se transforma en épicerie pour produits non périssables (pâtes, thé, café, confiseries, etc). Et aujourd'hui, c'est vers les produits frais qu'il compte se tourner.

A Seattle, il est ainsi possible de commander un steak via AmazonFresh. "Nous avons 12 de nos camions qui livrent les produits à la porte des consommateurs" s'enorgueillit Craig Berman, un porte parole du groupe. "Nous apportons même les produits dans votre cuisine". Le commerce d'articles périssables sur Internet n'est pourtant pas chose aisée. WebVan, HomeGrocer, ShopLink ou Streamline ont tous finis par fermer leurs portes ou se faire racheter par de plus gros groupes, la faute à une très faible marge réalisée sur les produits et des consommateurs qui n'ont pas vraiment suivi.

"Quand nous nous sentirons prêts à inclure le voisinage et de nouveaux consommateurs, et que nous pourrons leur offrir un service de qualité, nous le ferons" promet Berman. Faut-il craindre de voir notre plus grande librairie au monde se transformer en un vulgaire supermarché de bas étage, ou doit on considérer ceci comme une évolution naturelle et inévitable ? Il est en tout cas un plaisir que l'on pourra peut être s'accorder un jour en Europe. Celui de commander le dernier Harry Potter avec un un kilo de filets de morue.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés