Malgré son système révolutionnaire, Joost reste coincé car le marché de la télévision sur ordinateur est limité, mais imaginez des millions de personnes y ayant soudainement accès à partir de leur poste TV. Cette évolution serait on ne peut plus naturelle, et c'est ce qui est en passe d'arriver.

D’après TechCrunch ou The Register, Joost serait actuellement en discussion active avec les fournisseurs de matériel en vue d’apporter son service sur nos écrans de télévision.

Ce qui trônerait au milieu du salon ne serait plus alors cette télévision induisant une haute dose de passivité et dont les seules interactions se situeraient entre les spectateurs qui lui font fasse, mais bien un objet interactif offrant une communication nettement élargie.

Il ne serait pas question de créer une « Joostbox » spécifique mais d’incorporer le service aux set-top déjà existantes – en premier lieu les décodeurs pour le câble ou le satellite – ou directement aux prochaines générations de postes TV. Le nouveau Directeur exécutif Mike Volpi n’excluerait même pas la possibilité d’étendre Joost aux téléphones mobiles.

Mais le service devra s’affranchir de plusieurs obstacles avant de pouvoir s’imposer à côté de l’Apple TV, Netgear ou Akimbo.

– D’abord le fait que la plupart des américains et européens ne possèdent pas une connexion suffisamment rapide pour fournir de multiples flux de vidéo haute qualité.

– Ensuite, la pauvreté actuelle de son contenu, pour l’instant restreint à Viacom, CBS, et Time Warner. Joost serait cependant en discussion avec NBC, Fox, ou Disney.

– Joost devra enfin mettre en place une politique qui puisse empêcher les utilisateurs de poster du contenu protégé, ceci afin de gagner la confiance des studios et de s’éviter les déboires juridiques de YouTube.

David Clark, vice président de la publicité pour Joost, voit déjà, d’ici un an, le service gagner en convergence et devenir la première plateforme de divertissement au milieu du salon : « à partir du moment où vous aurez un dispositif interconnecté, vous aurez accès à la communauté Joost ». Et, au vu du palmarès des ses deux fondateurs Niklas Zennström and Janus Friis, les créateurs de Kazaa et Skype, ces propos ne peuvent qu’être pris au sérieux.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés