Pb33 vient de mettre en ligne sur file-finder.com les résultats de son analyse du traffic du bot. Suite à ces résultats, il annonce la fin du bot dans sa mouture actuelle, pour laisser place à une version "lite" et une version "pro", payante. Une décision bien contestable...

Une remontée du nombre de bons serveurs et une stabilisation du nombre d’utilisateurs sur chacun d’entre eux. Voilà les données qui ont poussé le créateur d’eDonkeyBot à considérer que son logiciel était, dans sa forme actuelle, néfaste pour le réseau.

Première conséquence : la sortie au mois de mai prochain d’un eDonkey Bot Lite dépourvu des fonctions Fast Search et Looking Boost. Rappelons que la fonction Fast Search permettait d’interroger chaque serveur sur les mots clé de votre recherche afin d’acquérir un grand nombre de résultats. La fonction Looking Boost quant à elle, permettait d’interroger régulièrement les serveurs pour obtenir davantages de sources pour vos téléchargements, en effectuant une pause puis en passant sur « resume ». Les délais de rotation des serveurs seront aussi revu à la hausse sur ces nouvelles versions.

Les fonctions SLUG, Auto-Priority et autres resteront, mais ce sont là les fonctions les plus « alléchantes » qui s’en vont.

Bientôt le paiement d’un droit à saturer les serveurs ?

Alors qu’il a toujours été dit qu’eDonkeyBot resterait un logiciel freeware, ou plus exactement un « donateware » (vous donnez ce que vous voulez pour aider au développement du logiciel), pb33 vient d’annoncer son projet de lancer dans les semaines à venir une version « pro » d’eDonkeyBot, lequel serait pourvu des mêmes fonctions que la précédente version 1.21 du bot. Celles-ci seraient cependant « aménagées pour être moins aggressives ». Comprennez donc bien qu’elles resteront aggressives. D’autres fonctions, certainement interessantes, seront disponibles en version « pro ».
L’auteur explique que l’état actuel du réseau est du au fait que la mouture actuelle d’eDonkey est utilisé par 70 à 80 % des utilisateurs d’eDonkey. Ainsi si la version pro n’est utilisée que par une minorité, les effets sur le réseau seraient minimes voire absents.

Dès lors une question éthique du peer-to-peer se pose. Le peer-to-peer, en anglais, signifie « d’égal à égal ». Que deviennent ces mots si une partie des utilisateurs du même réseau peut se permettre d’acheter une version pro d’un logiciel qui, saturant le réseau pour leurs besoins propres, va rendre leurs téléchargements plus rapides ? Les plus riches pourront alors payer un droit à la saturation, pour profiter du téléchargement sur les ordinateurs d’une majorité qui n’aura pas acheté cette version shareware.

Et plus prosaïquement. Combien de copies craquées de la version pro circuleront sur le réseau ? N’est-pas là un coup d’épée dans l’eau que de prendre d’une part des mesures réelles pour l’intérêt du réseau, et donner de l’autre les clefs d’une nouvelle saturation ?

Autant de questions interessantes que je vous invite à débattre nottament sur la section P2Philo de notre forum.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés