Il serait temps que les pouvoirs publics américains jettent un oeil sévère sur les pratiques de la RIAA, et que l’on fasse tout pour qu’elles n’arrivent jamais en France. La RIAA, le lobby américain de l’industrie du disque, a encore abandonné une de ses quelques 20.000 plaintes lancées contre des P2Pistes présumés, pour éviter d’avoir à perdre un de ces procès et d’établir une jurisprudence défavorable. Cette fois, l’affaire atteint le summum de l’incroyable.

Lee Thao était poursuivi dans le Wisconsin par BMG Music et d’autres labels pour avoir soit-disant partagé des chansons sur Kazaa. Comme tous les autres, la RIAA l’a fortement invité à signer un chèque de quelques milliers de dollars pour éviter un procès plus coûteux encore, rien qu’en frais de défense. Or l’homme n’a pas plié, et il a été démontré après un début de procédure judiciaire que Thao n’était même pas encore abonné chez son FAI au moment où il aurait soi-disant téléchargé ces chansons ! C’est dire si les relevés effectués sont fiables. Placée devant son évidente absurdité, la RIAA a abandonné ses poursuites. Mais combien ont signé le chèque par peur ou par manque de moyens pour avancer les frais juridiques ?

L’affaire n’est pas isolée. Au moins une autre affaire (Elektra v. Wilke), a été abandonné pour des raisons proches.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés