Alors que le ministre de la Culture inaugurait ce matin l'Autorité de Régulation des Mesures Techniques qui doit encadrer la mise en place des DRM, Microsoft annonce qu'il devrait suivre le mouvement initié par Apple et abandonner les DRM pour son baladeur et le Zune Marketplace. Evènement.

Lorsque les premières négociations sur la suppression des DRM pour EMI ont échoué, Bloomberg avait annoncé qu’une série d’acteurs s’étaient engagés dans les négociations : Apple, Realnetworks, Yahoo, Amazon… et Microsoft. L’information selon laquelle le géant de Redmond souhaite supprimer les DRM alors qu’il est le premier vendeur au monde de ces mesures de protection technique était pour le moins surprenante et inattendue. Pourtant, Microsoft a confirmé mercredi qu’il était prêt à suivre les traces d’Apple et à supprimer lui aussi les DRM sur le catalogue d’EMI et sur les chansons des maisons de disques qui se prêteraient au jeu.

« Nous avons dit depuis un moment que nous étions conscients que les consommateurs veulent avoir des contenus non protégés », a indiqué le directeur marketing du Zune, Jason Reindorp. Si Microsoft se prononce sur le principe de l’abandon des DRM, aucun calendrier n’a cependant été annoncé. « Ca ouvre un peu les choses », confie Reindorp à News.com. « Ca rend potentiellement la concurrence plus axée sur la confrontation d’appareil à appareil ou de service à service. Ca va forcer les différents services à réellement innover ».

Véritablement infesté par les DRM, le baladeur et le service musical de Microsoft n’ont pas réussi à rencontrer un franc succès aux Etats-Unis, alors que le Zune doit sortir en Europe d’ici la fin de l’année. Différents signes montraient ces dernières semaines que les DRM, qui handicapent le Zune, ne seraient plus au centre des batailles entre les deux géants Microsoft et Apple. Bien que ça cela puisse paraître anecdotique, Steve Jobs et Bill Gates ont d’abord accepté de partager une même estrade le 30 mai prochain pour parler ensemble de l’avenir du numérique. Une première depuis bien longtemps. Puis, sans que cela fasse beaucoup de bruit, le Zune a été sponsor d’une opération marketing pour ArtistShare, qui offrait 35 morceaux de musique sans DRM

Si Microsoft se permet d’abandonner les DRM sur la musique, c’est sans doute parce qu’il voit l’avenir du DRM beaucoup plus dans la vidéo que dans la musique. Tous les acteurs, Steve Jobs également, sont aujourd’hui d’accord pour conforter les DRM sur les films et vidéos proposés aux consommateurs. Ca n’est donc qu’une bataille que sont en train de gagner les opposants aux DRM, mais pas encore la guerre. La bataille sur la vidéo sera beaucoup plus difficile à mener, tant sur le plan idélogique que technique.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés