L'affaire Techland (qui devrait devenir "l'affaire Logistep") se complique encore un peu plus. Alors que nous apprenions hier que l'avocate Elizabeth Martin risquait fortement des poursuites disciplinaires voire pénales, nous découvrons ce matin que le mécanisme est huilé pour s'abattre sur plusieurs pays européens...

Pour vous informer sur l’affaire Techland, consultez notre FAQ régulièrement mise à jour ainsi que le topic dédié sur le forum de Ratiatum, où participent de nombreux internautes destinataires de la lettre Martin/Techland

Après moins d’une semaine de rebondissements dans l’affaire Techland, nous commençons enfin à y voir plus clair. Nos confrères anglophones de TorrentFreak nous apprennent en effet qu’une lettre rédigée strictement de la même manière, quasiment au mot près mais en langue anglaise, a été adressée à 500 P2Pistes en Grande-Bretagne, avec 18 fournisseurs d’accès priés de communiquer les informations personnelles de leurs abonnés mis en cause.

Alors qu’en France l’affaire ne touche pour le moment que l’éditeur de jeu vidéo polonais Techland et le fournisseur d’accès Free, en Grande-Bretagne c’est le studio Zuxxex Entertainment qui est concerné. Une firme d’avocats du nom de « Davenport Lyons » a envoyé exactement le même type de lettre, cette fois pour le téléchargement du jeu Dream Pinball 3D. Là aussi, il est demandé le paiement de 340 ⣠(environ 500 euros) pour éviter tout procès. Les mêmes méthodes d’intimidation sont employées, y compris l’idée de « preuves irrefragables » et la menace de « vendre les biens » de la personne en cause si elle est jugée par un tribunal.

Le point commun entre ces deux affaires ? La société Logistep AG, immatriculée en Suisse mais qui exerce semble-t-il ses activités depuis Berlin. Les éléments semblent montrer qu’elle est l’auteur d’une lettre-type traduite ou relayée par chacun des cabinets d’avocats employés. Logistep avait déjà été en 2005 à l’origine d’actions des studios Zuxxex en Allemagne, pour le jeu Earth 2160. A l’époque, ce sont 12.000 plaintes qui avaient été déposées sur le bureau du procureur de Karlsruhe ! D’après ce qu’en rapporte TorrentFreak, les FAI ont cessé de répondre aux demandes d’identification, et l’affaire s’est arrêtée là.

Logistep AG collabore lui-même directement avec les cabinets Schutt et Waetke, qui gèrent les affaires en Allemagne, et avec la firme Davenport Lyons en Grande-Bretagne. Le site allemand Internetpiraterie-portal, qui liste ces collaborations, indique que Logistep travaille également avec la France, sans nommer précisément le cabinet Martin. Ils travaillent également avec des cabinets à Dubai, en Israël, en Italie, en Pologne, en Suisse, aux Etats-Unis, en Australie, en Espagne et en Afrique du Sud.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés