Est-ce le début d’une boule de neige ? « La seule manière dont la RIAA peut obtenir [les identités des étudiants] c’est si la RIAA nous traîne en justice pour avoir cette information« . Après l’Université du Wisconsin et celle du Nebraska, c’est au tour de l’Université du Maine de s’opposer aux procédures lancées par le lobby du disque à l’encontre des étudiants de son campus.

Jon Ippolito, un professeur de l’Université du Maine spécialisé dans les nouveaux médias, n’hésite pas de parler de politique « mafieuse » pour désigner le processus mis en place par la RIAA. « Ils cherchent à intimider les universités pour qu’elles exposent les identités des étudiants et aussi à intimider les étudiants pour leur faire signer [un accord] en leur parlant d’une réduction« , rappelle l’enseignant qui indique que l’Université applique une « position de principe » en s’opposant au lobby industriel. « Il n’y a pas de processus judiciaire et c’est la fin de l’histoire« , critique Ippolito.

La RIAA a ouvert début mars un site sur lequel les étudiants peuvent entrer un numéro de dossier pour régler leurs litiges en ligne. Les Universités sont fortement encouragées à fournir ces numéros aux étudiants dont l’adresse IP a été repérée.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés