La candidate à l'élection présidentielle Ségolène Royal a confié à Michel Rocard une mission sur les enjeux du numérique. Le choix de l'homme est un symbole, puisque Michel Rocard a été perçu comme l'architecte de la victoire contre la brevetabilité du logiciel au Parlement Européen.

« Les enjeux du numérique ». Le chantier est vaste pour Michel Rocard : e-learning (enseignement par les TIC), politique culturelle numérique, interopérabilité, logiciels libres, brevetabilité… Tous les aspects de la société numérique doivent être abordés. Le secteur représente 10 % du PIB et concentre une grande partie des emplois qualifiés de demain, note Ségolène Royal, pour qui « Internet, le numérique et les technologies coopératives redessinent l’économie, l’éducation et la culture ». Selon la candidate, L’Etat ne doit pas être un simple spectateur de ce mouvement.

Le nom de l’ancien ministre Michel Rocard est davantage un symbole qu’une réalité de travail. Le rapport sera rédigé par le délégué national aux technologies de l’information au PS, M. Maurice Ronai, qui remettra ses conclusions à Michel Rocard, lequel apportera ensuite le rapport à Ségolène Royal. Une organisation bêton. De source sûre, Ratiatum a appris que les consultations en vue de l’établissement du rapport ont commencé déjà depuis plusieurs mois, notamment dans certains locaux du ministère de la Culture, sans la présence de M. Rocard.

Celui-ci s’est officiellement entouré d’experts en les personnes de Godefroy Beauvallet (chercheur en gestion en charge de l’administration électronique au cabinet de Michel Sapin), Vincent Feltesse (secrétaire national adjoint aux TIC au PS), Véronique Kleck (conseillère technique « TIC et démocratie participative » du président du Conseil Régionale Rhône-Alpes Jean-Jack Queyranne, et seule femme du panel), Frédéric Martel (journaliste-écrivain), François Pellegrini (maître de conférences en informatique et co-fondateur des rencontres mondiales du logiciel libre), et Benoît Thieulin (responsable de la campagne Internet au cabinet de Ségolène Royal).

Figurent également au panel le jeune Aziz Ridouan, Président de l’ADA (Association des Audionautes) et animateur du site Désirs d’Avenir, ainsi que Jean-Baptiste Soufron, juriste aux multiples activités qui a notamment fondé le site Betapolitique.fr… « The best French policital website », disait-il récemment sur une mailing-list anglophone.

Toujours selon nos informations, la candidate aurait également demandé à son entourage de travailler à la rédaction d’un projet de projet de loi DADVSI bis. Les sources divergent en revanche pour savoir si ledit projet sera ou non publié avant l’élection présidentielle.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés