Après avoir projeté de garder en mémoire les historiques, les requêtes, et les habitudes d'achat en ligne de ses utilisateurs, Google fait marche arrière dans sa politique de conservation des données.

Google a annoncé hier la suppression des informations collectées sur les recherches des internautes. Ce sont neuf années de données qui vont ainsi partir en poussière, suite à un changement de politique évoqué par Peter Fleischer, responsable européen des questions de confidentialité chez Google.

Fleisher invalide les accusations qui porteraient à croire que le moteur de recherche essaie par là de réaliser des économies puisque selon lui, le coût des travaux d’effacement serait supérieur au gain de place réalisé.

Tout le monde sait que ces données, une fois rendues anonymes, étaient utilisées à des fins commerciales pour permettre aux annonceurs de bénéficier de statistiques concernant les mots clés tapés. Mais Google ne renonce pas pour autant à les garder, réduisant simplement le délai de conservation à 18 ou 24 mois, ce qui correspond au maximum proposé par la directive européenne votée un an plus tôt.

Cette directive n’avait aucun caractère restrictif puisqu’elle invitait juste les pays de l’Union Européenne à se prononcer sur la fourchette de temps au délà de laquelle il deviendrait illégal de stocker ce type de données électroniques. Google prend donc les devants avant que la législation ne l’y contraigne.

Une suppression finalement bénéfique pour Google ?

Il est aussi probable qu’en se débarassant d’une vieille masse d’informations dont on pourrait soupçonner la moindre utilité pour ses clients, le moteur de recherche y voie un double avantage.

D’abord, celui de contenter les associations du respect de la vie privée, comme le CNIL, qui réclamaient depuis plusieurs années du géant d’Internet qu’il reconsidère sa politique en la matière.

Ensuite, celle d’éviter à l’avenir une bataille juridique comme il en avait connue l’année dernière, face au gouvernement américain qui exigeait de celui-ci qu’il dévoile ses données.

L’application de cette nouvelle politique ne devrait arriver que d’ici un an, annonce le moteur de recherche. Le temps de mettre en place les opérations nécessaires à la suppression de l’énorme quantité d’informations. Peu d’entre nous pourront se vanter d’avoir une corbeille Windows aussi longue à vider.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés