Benoît Cassaigne, directeur du département Internet de Médiamétrie, a présenté aujourd'hui le bilan de l'institut de mesure d'audience, concernant les évolutions liées aux pratiques de l'Internet courant 2006. Résultat, l'année qui vient de s'écouler a été celle de la consécration de "l'user generated content".

Pendant que les sites Web 2.0 poursuivent leur essor à côté de l’Internet « classique », le nombre de créateurs de blogs a presque doublé en un an, passant à 4 millions de français pour 2006. Ceci explique sans doute pourquoi un bloggeur européen sur trois est français.

Médiamétrie a relevé d’autre part que 31,4 % des « internautes assidus » sont créateurs de contenus multimédia (blogs, podcasts,…), ou sinon qu’une grande majorité d’entre eux (81,1 %) participaient tout au moins au développement de ces contenus : contributions aux wikis, votes, commentaires, avis, etc.

Si les trois quarts des bloggeurs restent des jeunes de moins de 25 ans, le nombre de retraités à pratiquer Internet a quand même augmenté de moitié par rapport à 2005, et d’un tiers pour les 35-49 ans.

A côté de cela, les sites communautaires de partage de contenus connaissent un réel succès. Le nombre d’internautes ayant consulté un site de vidéo ou de cinéma a augmenté de 75 % entre décembre 2005 et décembre 2006. La fréquentation de MySpace a été multipliée par 9 en un an, celle de YouTube par 11, et enfin celle de Dailymotion par 18 !

L’avènement du commerce électronique

Enfin, les français semblent toujours moins réticents à effectuer leurs achats sur Internet puisqu’un tiers de la population française a déjà acheté en ligne, soit une progression de 32 % par rapport à 2005. Ce fait est d’autant plus révélateur que seulement un foyer sur deux dispose d’un micro-ordinateur. Néanmoins, le taux d’équipement en 2006 a enregistré, avec ses 13 %, la plus forte progression depuis 2003. Le haut débit garde quant à lui une ascension toujours aussi élevée : 27 % de plus qu’en 2005.

L’année 2006 a donc été une année où les pratiques de l’Internet se sont encore plus intrinsèquement ancrées dans les moeurs françaises. Les réseaux sociaux multimédia connaissent un réel engouement, promulguant MySpace ou YouTube comme des références incontournables.

Rappelons aussi que c’est la première année où un site basé sur la philosophie Web 2.0, Wikipedia, est entré dans le top 10 des adresses les plus consultées. Bref, plus qu’un simple outil de consultation et de recherche d’information, 2006 a fait du Web français un véritable canal de participation, où la création de contenu perd nettement de sa marginalité.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés