Cette semaine se tenait à Paris la première édition française du salon Ad Tech, qui marie nouvelles technologies et professionnels du marketing. Une intervention était particulièrement attendue, celle de Eric Clémenceau, le Directeur Commercial Europe de Joost. Laurent Esposito nous en présente quelques extraits sur son blog et Bézier nous propose une interview. Ce que l’on peut retenir principalement :

  • Joost veut être un média qui donne aux spectateurs le contrôle des programmes et qui donne aux annonceurs la possibilité de cibler aux mieux leurs campagnes
  • Il ne devrait y avoir qu’un seul annonceur par programme, avec au maximum 2 à 3 minutes de publicité par heure, qui ne pourront pas être être zappées. Des formats de publicité interactifs seront proposés.
  • Joost va créer des profils utilisateurs pour envoyer les publicités en fonction des spectacteurs qui les regarderont et non en fonction des programmes
  • Eric Clémenceau affirme que Joost n’est pas piratable – ou plutôt ses programmes, car jamais l’internaute n’a le contenu vidéo en entier sur son disque dur (est-il pour autant impossible de capter et reconstituer le programme au vol au fur et à mesure de son arrivée ? Ce sera un défi pour les hackers…). Les vidéos sont divisées en morceaux de quelques mégas qui « viennent et repartent » aussitôt en P2P
  • Chaque pays aura ses propres programmes, mais des accords de diffusion à l’internationale sont signés
  • De nombreux accords importants sont attendus dans les prochaines semaines
  • La sortie officielle est prévue pour le mois de mai
  • Joost ambitionne de devenir un poids lourd international de premier plan dans l’industrie audiovisuelle

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés