La major britannique n’a décidemment pas de chance avec ses négociations capitalistiques. Après un échec dans ses discussions avec Warner, EMI annonce que le mystérieux prince charmant n’a pas été assez séduisant. La maison de disques avait confirmé fin novembre qu’elle était en négociation avec un potentiel repreneur (les rumeurs disent qu’il s’agit du fonds Permira), mais elle a fait savoir jeudi que les discussions ont finalement capotées. « Le Conseil d’administration d’EMI n’a pas reçu une offre qui reflète pleinement les perspectives et les valeurs de l’entreprise, et qu’elle pouvait recommander aux actionnaires« , a indiqué le groupe.
Par ailleurs EMI annonce qu’elle prend la pleine possession de sa filiale japonaise, qui était jusque là détenue à 45 % par Toshiba. La maison de disques met 135 millions d’euros sur la table pour réaliser l’opération. Jeudi, le titre a perdu 8,28 % de sa valeur boursière, et la décote continuait vendredi matin.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés