Janus Friis et Niklas Zennstrom travaillent très discrètement sur leur nouveau jouet, sans négliger pour autant de faire monter le buzz autour de leur Project Venice. Les créateurs de Kazaa et de Skype veulent s'imposer dans la vidéo à la demande sociale. La bêta s'entrouvre aujourd'hui.

Lorsque Janus Friis et Niklas Zennstrom annoncent un projet de plate-forme de télévision par Internet, la curiosité est forcémment très grande. Les deux Finlandais sont à l’origine du logiciel de Peer-to-Peer Kazaa, rapidement vendu à Sharman Networks. Ils sont plus connus pour avoir inventé le logiciel de communication téléphonique en ligne Skype, vendu à eBay pour 2,6 milliards de dollars. Cette fois, c’est à la vidéo qu’ils s’attaquent avec l’espoir de devenir les numéros un de la vidéo à la demande à la sauce web 2.0.

Leur « Venice Project » promet de « donner aux téléspectateurs, aux annonceurs et aux éditeurs de contenu plus de choix, de contrôle et de créativité que jamais auparavant« . Le projet reste encore très secret mais la bêta s’ouvre enfin cette semaine pour les testeurs les plus impatients. Il faut s’inscrire à la bêta, et attendre d’être peut-être l’un des heureux internautes sélectionnés pour être parmi les premiers à tester la plate-forme. Chaque bêta testeur dispose cependant d’un certain nombre d’invitations qu’il peut envoyer à qui lui chante, ce qui devrait rapidement propager les invitations et augmenter le nombre d’utilisateurs de façon virale, sans le moindre effort marketing.

Les premières images disponibles apportent quelques indices. Il est possible de discuter avec les spectateurs qui voient le même programme, de noter ces programmes et les éditeurs semblent pouvoir soumettre directement leurs vidéos sur Venice. Etrangement, la messagerie instantanée n’est pas basée sur Skype mais sur le protocole Jabber, utilisé entre autres par Gtalk. A moins qu’il ne s’agisse que d’un simple plug-in, puisque Project Venice semble personnalisable avec des plug-ins.

Il reste cependant encore beaucoup à faire pour convaincre, si l’on en croit une première réaction rapportée par GigaOM. « Pour résumer, une interface très mauvaise, aucune description sur ce que les boutons veulent dire, une qualité vidéo qui augmente et baisse beaucoup, pas vraiment meilleure qu’un bon fichier flash zoomé à 250 %« , indique un beta-testeur. Ne doutons pas que ces défauts seront cependant vite corrigés. Certains se souviennent peut-être des premières versions de Skype…

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés