Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) et l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) pourraient bientôt « se rapprocher« , selon les mots de Paul Champsaur, le président de cette dernière autorité. Il y a longtemps que l’on anticipe, avec la convergence numérique, une fusion entre le CSA et l’ancienne ART. Il ne s’agit pas d’une simple décision administrative, mais pleinement politique. Le CSA est né pour contrôler l’utilisation d’un bien public limité en nombre (les ondes hertziennes) et non pas, officiellement, pour censurer ou contrôler les médias. Avec le numérique où il n’y a plus un nombre limité d’ondes à distribuer, l’autorité ne se justifie plus que dans une mission de contrôle de l’information et de l’exception culturelle. C’est une décision lourde de conséquences qui demande un débat public.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés