Vous vous souvenez peut-être de Patricia Santengelo, poursuivie par la RIAA avant que le lobby ne décide finalement d’aller poursuivre ses enfants. C’est semble-t-il en train de devenir monnaie courante pour la RIAA de s’attaquer aux proches. Marie Lindor, qui conteste devant le tribunal la constitutionnalité des demandes de l’Association américaine de l’industrie du disque, a appris que son fils Woody Raymond est lui aussi poursuivi pour les mêmes faits alors qu’il ne vit même pas dans la même maison. Et voilà que le fils apprend que l’avocat de la RIAA a téléphoné à son patron, ce que l’Association a reconnu…
Tout cela, rappelons-le, pour de simples téléchargements de chansons que la RIAA a d’ailleurs bien du mal à prouver. Il y a quelques années, une telle histoire aurait semblé improbable et ridicule. Aujourd’hui, elle devient carrément grotesque.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés