Mais que se passe-t-il pour l’industrie du disque ? Elle avait pourtant tout fait pour convaincre les consommateurs d’acheter encore et toujours plus de musique en ligne : DRM incompatibles d’un baladeur à l’autre, prix proches du CD pour une qualité audio moindre et une pochette à imprimer soi-même, contenu éditorial souvent aussi important que la taille du cerveau d’un écureuil… Et malgré tout cela, les consommateurs commencent à bouder. A partir des données de Nielsen Soundscan, Pali Research note (.pdf) que le quatrième trimestre, traditionnellement fort, démarre extrêmement doucement pour la musique numérique aux Etats-Unis. La croissance n’est que de 2 % par rapport au troisième trimestre, contre 12 % en 2005. L’institut espère un effet Noël très fort pour compenser la croissance tardive, qui est accompagnée, comme c’est étrange, par des signes de reprise de la consommation des CD physiques.
Pour Pali Research, les données macro-économiques démontrent la nécessité d’une fusion entre Warner Music Group et EMI.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés