Les données fournies par Waze, un service de navigation GPS, proviennent-elles en partie de ses concurrents ? Le développeur de l'application PhantomAlert accuse son concurrent d'avoir dérobé sa base de données. Une plainte a été déposée aux États-Unis.

Waze puise-t-il dans les données de ses concurrents pour compléter son propre service de cartographie communautaire ? Dans le cas de l'application PhantomAlert, c'est ce que pense son concepteur. D'après ses constatations, la plateforme de navigation GPS récupère sans autorisation les informations que le programme met à disposition de ses utilisateurs.

À CNET, le développeur explique que lui et son équipe avaient placé des bits d'information dans leur produit pour indiquer des points d'intérêt fictifs. Il s'agissait alors de procéder à des tests. Or, lorsqu'il a observé par la suite la carte de Waze, de curieuses anomalies ont été remarquées. "Comment se fait-il que mon erreur ou un tatouage numérique de mon cru apparaisse sur la carte de Waze ?", s'étonne-t-il.

Il ajoute que son intérêt pour la carte de Waze a été déclenché au moment de l'annonce par Google de son rachat. Le créateur de PhantomAlert voulait en effet comprendre quel était l'atout de Waze sur PhantomAlert pour que la firme de Mountain View accepte de débourser 966 millions de dollars pour son rival et non pour son outil. C'est ce qui lui a permis de découvrir le pot aux roses, selon lui.

Aujourd'hui, l'affaire prend une tournure judiciaire. Une plainte a été déposée mardi devant un tribunal de San Francisco et les avocats de PhantomAlert accusent Waze d'avoir copié la base de données de PhantomAlert et de l'avoir intégré dans son service sans la moindre autorisation. Ces derniers ajoutent que le "vol" de la base de données a été commis à plusieurs reprises et qu'ils ont des preuves qui vont dans ce sens.

Si le tribunal reconnaît la faute de Waze et le préjudice subi par PhantomAlert, le premier risque de payer cher son écart de conduite à l'égard du second. Et pour son développeur, la nouvelle risque de ne pas faire plaisir du tout à Google, qui n'avait pas les moyens de savoir que les données présentées par Waze proviennent d'autres bases de données qui ont été aspirées sans vergogne.

( photo : CC BY-SA René C. Nielsen )

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés